L’art de l’écriture

L’écriture a toujours joué un rôle important dans ma vie.

Depuis toute petite j’ai toujours eu un livre entre les mains, j’ai toujours tenu un journal intime (bon ok, maintenant mon journal intime c’est mon tumblr, un joli défouloir de pensées entre images et mots), j’ai toujours été entourée de mots. Les livres ont toujours été un refuge, un échappatoire, une seconde vie. Quand mes parents me disaient de me coucher et avaient éteint la lumière de ma chambre, j’allais sous ma couette et avec une lampe de poche je continuai à lire, inlassablement, jusqu’à m’endormir, épuisée.

Pas étonnant que j’ai choisi une filière littéraire et que j’ai adoré ces 2 années de lycée, à lire, lire et encore lire. Je ne crois pas trop en l’Éducation avec un grand « E », je pense que beaucoup de cours ne sont pas utiles et que ce que l’on apprend au final ne ne nous sert pas à grand chose dans la vie. Mais la littérature, la philosophie, l’art de l’écriture sont pour moi les armes même du savoir.

Aujourd’hui j’aimerai partager avec vous des citations de textes qui me suivent, me hantent depuis plusieurs années. Parce que elles me correspondent en tout point, et que j’aurai aimé avoir le talent pour moi aussi, poser des mots sur ce que je ressens, et écrire d’aussi jolis textes.

P.S : Comme vous pourrez le constater mes pensées sont le plus souvent très pessimistes.

P.P.S : Ah oui, et je voue un culte à Albert Camus.

Ma vision de l’amour :

“Je sais que je ne rencontrerais plus jamais rien ni personne qui m’inspire de la passion. Tu sais, pour se mettre à aimer quelqu’un, c’est une entreprise. Il faut avoir une énergie, une générosité, un aveuglement… Il y a même un moment, tout au début, où il faut sauter par-dessus un précipice ; si on réfléchit, on ne le fait pas. Je sais que je ne sauterai plus jamais.”

Jean-Paul Sartre – La Nausée

« Bien sûr je te ferai mal. Bien sûr tu me feras mal. Bien sûr nous aurons mal. Mais ça, c’est la condition de l’existence. Se faire printemps, c’est prendre le risque de l’hiver. Se faire présent, c’est prendre le risque de l’absence… C’est à mon risque de peine que je connais ma joie. »

Antoine de Saint-Exupéry – Le Petit Prince

« Il la réveille, il lui demande de dire ce qu’elle croit. Elle croit que c’est déjà trop tard pour qu’ils se séparent.
Elle se détourne. Il regagne le mur. Elle dit :
– Peut-être l’amour peut-il se vivre ainsi dans une manière affreuse. »
Marguerite Duras – Les yeux bleus cheveux noirs

Ma vision de la mort :

« Je fais partie de la famille des suicidaires, c’est-à-dire pas nécessairement de ceux qui mettent fin à leurs jours, mais de ceux qui ont toujours la mort à leurs côtés, pour plus de sûreté, pour parler avec elle, pour espérer en elle. »

Stig Dagerman

« C’est effrayant ce qu’on en a des choses et des gens qui ne bougent plus dans son passé. Les vivants qu’on égare dans les cryptes du temps dorment si bien avec les morts qu’une même ombre les confond déjà. »

Céline – Voyage au bout de la nuit

« Je suis libre: il ne me reste plus aucune raison de vivre, toutes celles que j’ai essayées ont lâché et je ne peux plus en imaginer d’autres. … Seul et libre. Mais cette liberté ressemble un peu à la mort. »

Jean-Paul Sartre – La Nausée

Ma vision de la vie :

« Notre époque meurt d’avoir cru aux valeurs et que les choses pouvaient être belles et cesser d’être absurdes. Adieu, je rentre dans l’histoire où me tiennent enfermé depuis si longtemps ceux qui craignent de trop aimer. »

Albert Camus – Carnets

« Vivre est une torture puisque vivre sépare. »

Albert Camus – Les Justes

« Les tristes ont deux raisons de l’être, ils ignorent ou ils espèrent. »

Albert Camus – Le Mythe de Sisyphe

« C’est curieux la vie. Ça ne prévient pas. Tout s’y mélange sans qu’on puisse y faire le tri et les moments de sang succèdent aux moments de grâce, comme ça. On dirait que l’homme est un de ces petits cailloux posés sur les routes, qui reste des jours entiers à la même place, et que le coup de pied d’un trimardeur parfois bouscule et lance dans les airs, sans raison. Et qu’est-ce que peut un caillou ? »

Philippe Claudel – Les âmes grises

« La vitesse, la mer, minuit, tout ce qui est éclatant, tout ce qui est noir, tout ce qui vous perd et donc vous permet de vous trouver. »

Françoise Sagan – Des bleus à l’âme

La citation qui me décrit le mieux (je pense) :

« (…) elle rejetait comme inutile tout ce qui ne contribuait pas à la consommation immédiate de son cœur, – étant de tempérament plus sentimentale qu’artiste, cherchant des émotions et non des paysages. »
Gustave Flaubert – Madame Bovary

Et enfin, bien sur, l’écriture :

« Écrire pour déterrer ma voix. Écrire pour produire la lumière dont j’ai besoin. Écrire pour tenter de voir plus loin que mon regard ne porte. Écrire pour mieux vivre. Mieux participer à la vie. Apprendre à mieux aimer. »

Charles Juliet

N’hésitez pas à partager vos auteurs préférés ou vos citations de romans ! 🙂

tumblr_mzuxwwxCSa1t25j4xo1_500

Publicités